A quand la réforme de la première des professions réglementées ?..

Et si la « réforme des professions réglementées » n’était que le révélateur de l’incapacité de nos dirigeants à engager une réforme de l’Etat digne de ce nom ? Dans la foulée de son prédécesseur, le Ministre de l’économie a décidé de mettre dans un fourre-tout appelé « loi pour l’activité et l’égalité des chances économiques », une réforme des professions réglementées. Ce faisant, il reprend le projet de celui qui affirmait qu’il allait ainsi rendre 6 milliards d’Euros de pouvoir d’achat aux Français et créer de nombreux emplois.

Sur les 6 milliards d’Euros de pouvoir d’achat, nul n’en parle plus. Il est vrai que la hausse des droits de mutation décidée par l’Etat, et dont M. Vals a indiqué qu’elle serait pérennisée, démontre que ce ne sera qu’un marché de dupes. Car l’Etat reprendra aux Français, et avant même qu’ils puissent les constater, les économies qu’il aura prétendu leur faire réaliser en abaissant le tarif des notaires.

Sur la création d’emplois, qu’on ne s’y trompe pas. Ce ne sont pas quelques offices de notaires de plus qui créeront les emplois qui manquent cruellement. Certes, des jeunes diplômés attendent trop longtemps de pouvoir s’installer. Certes, les autorités de tutelle comme certaines instances professionnelles ont parfois été trop frileuses pour augmenter le nombre de notaires. Mais de là à mettre à mal un édifice cohérent et efficace, au seul motif d’y introduire de la concurrence, il y a un pas. C’est oublier que concurrence et qualité de service ne vont pas toujours de pair, et que la sécurité juridique est aussi le fruit de la régulation !

Bien sûr, vivre, c’est changer. Pour les professions réglementées comme pour toute entreprise ou toute institution. Et s’il est nécessaire que celles-ci adaptent la manière dont elles doivent assurer leurs missions au service de la société et de l’Etat, les notaires n’ont, en la matière, sans doute pas de leçons à recevoir de la fonction publique. Ils n’ont pas attendu la citadelle de Bercy pour s’engager, par exemple, sur la voie de la dématérialisation des procédures !

D’ailleurs qui prétend les faire entrer dans un monde de concurrence ? Des hauts-fonctionnaires qui ne savent pas ce que le mot risque veut dire. Des diplômés d’une grande école qui doivent leur place au classement qu’ils ont obtenu à sa sortie. Des hommes qui n’ont jamais eu à s’interroger chaque mois pour savoir si leur chiffre d’affaires permettra de verser les salaires de leurs collaborateurs. Des esprits le plus souvent brillants, mais qui ont le défaut de sortir du même moule, de penser de la même manière, en fonction de schémas préétablis et en vertu d’une conception abstraite de la concurrence à laquelle ils échappent. Des hommes imprégnés d’une idéologie libérale qu’ils reproduisent à l’infini, souvent loin de la vraie vie.

A l’heure où les déficits publics atteignent des montants astronomiques, oser affirmer que ce projet va résoudre nos difficultés laisse pantois ! Car l’Etat reste depuis des années dans une torpeur auto-satisfaite. Se réformer ? La belle affaire ! Il est trop occupé à imposer aux professionnels, aux entreprises et aux collectivités des règles dont il s’exonère, à imaginer contraintes administratives et nouvelles normes qui sont à coup sûr, par leur accumulation, des obstacles à la croissance…

L’Europe a bon dos ! Croit-on sérieusement qu’une réforme de certaines professions, présentée par un grand quotidien du soir comme « l’un des chantiers les plus importants du quinquennat de François Hollande », donne aux institutions européennes des gages d’une volonté de réforme de la France ? A Bruxelles, on sourit car chacun sait que cela n’aura aucun impact sur nos finances publiques…

Alors, à quand la réforme de l’Etat ? A quand la réforme de la première des professions réglementées et protégées : la fonction publique ?

Ce contenu a été publié dans Billets, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à A quand la réforme de la première des professions réglementées ?..

  1. Cher Bruno,
    Bienvenue dans la blogosphère. J’aime beaucoup les premiers thèmes abordés et je vais parcourir régulièrement tes billets en faisant de ton blog un de mes favoris!
    Bien à toi.
    Laurent DEJOIE

  2. CHANOZ dit :

    Quelle belle initiative que ce blog qui bien sur va figurer dans mes favoris. ..
    C’est sûr mon inquiétude est grande de voir une profession très bien organisée (et d’autres) vilipandée , des professionnels sérieux et compétents montrés du doigt par des hauts fonctionnaires bornés. Marc Chanoz

  3. BAUBAU dit :

    Notre défense est sur l’essentiel parfaitement justifiée, cependant j’eprouve un certain malaise quand je vois que les manifestations ont pour but avoué la suppression de tout projet de loi, alors qu’il est évident que notre tarif qui a conduit à des situations délirantes doit être réformé, se battre pour le statu quo me semble déraisonnable, et sans doute pas de nature à nous attirer la sympathie des populations.

  4. Clay Lowe dit :

    Les infos ici sur cette page sont bien intéressantes. J’ai vraiment bien aimé, un article qui est bien écrit et nous permet d’en savoir un peu plus sur le sujet. Bien vu !
    Amandine Luong / MELTY.FR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *