Si par malheur, il m’arrivait …

Si par malheur il m’arrivait de tomber sous les balles d’un terroriste, ou qu’un instrument de mort me fasse quitter cette vie, refusez pour moi cette « médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme » que le Président de la République vient de créer. Epargnez-moi le ridicule de ces cinq pétales de métal émaillé chargés de cinq épis de feuilles d’olivier dont ils voudraient orner mon cercueil. J’ai servi sous les drapeaux, je me suis efforcé de vivre la Fraternité, l’Egalité, en toute Liberté et responsabilité. Nul besoin pour moi ou ma famille qu’une médaille rappelle la devise de la République. Epargnez à ma famille la mièvrerie de chansonnettes dans la Cour d’Honneur des Invalides en guise d’hommage national.

Tout ça parce que je me serais trouvé au mauvais endroit au mauvais moment.

Notre vie vaut mieux qu’une médaille et que les simagrées d’une République qui ne sait plus comment combattre ses ennemis parce qu’elle a oublié de faire vivre et respecter ses valeurs ; parce qu’elle omet de les enseigner comme elle oublie d’enseigner notre histoire.

Et si, comme moi, vous ne voulez pas que le ridicule vous enrôle malgré vous dans une de ces démonstrations victimaires où l’Etat se donnerait le beau rôle, partagez !

Ce contenu a été publié dans Billets, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Si par malheur, il m’arrivait …

  1. LAVEIX dit :

    Bravo mon cher Bruno. Il faut résister à ce courant dans lequel média et politiques nous entrainent. Merci aussi d’avoir une pensée pour nos agriculteurs dont la situation pour certains est dramatique.
    Pendant 4 ans chacun croit et affirme se désintéresser de la politique ou plutôt des politiques qui nous déçoivent tant. Et pourtant en période électorale, nous sommes inexorablement rattraper par les médias pour nous rappeler que nous devons élire un président pour être gouverné. Et c’est bien ce qu’il faut faire…Cependant nous ne votons pas « pour » (malheureusement) mais plutôt contre ce nous ne voulons pas. C’est sans doute ce qui a aussi changé. La résignation a remplacé l’espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *