Emotion, imagination, réflexion, exclusion ?…

Après la séquence émotion et cohésion, nous avons eu la séquence imagination. On aura tout vu, tout entendu, l’instauration d’un droit au blasphème comme l’interdiction du blasphème (match nul !..), jusqu’à l’introduction d’un catéchisme républicain à l’école avec cours de morale, lever des élèves à l’entrée des professeurs, et port de l’uniforme. Pas sûr que ce concours Lépine du civisme et de la laïcité soit efficace. Pas sûr qu’il apparaisse autrement que dérisoire !

Plus sérieuse, la tentative de réflexion sur la radicalisation de certains esprits et la montée de l’antisémitisme dans certains quartiers. Une réflexion pas exempte hélas de dérapages verbaux comme l’utilisation du terme apartheid. Car si les mots ont un sens, on ne peut parler d’apartheid. Celui-ci impliquerait un cadre juridique organisant de manière institutionnelle l’exclusion, avec notamment des lieux interdits aux uns au motif de leur couleur de peau ou de leurs origines, l’interdiction des unions mixtes, etc. Or, l’usage inapproprié de mots dans de telles circonstances pose problème. D’abord parce que l’on sait que la pauvreté du vocabulaire des jeunes des cités est à la source de multiples difficultés et qu’employer à leur sujet un terme qui justifie la révolte et la lutte armée n’est pas une maladresse, mais une faute. Ensuite, parce qu’utiliser le terme d’apartheid, c’est à la fois donner un caractère officiel à l’exclusion et gommer la réalité que sont l’échec de l’intégration et les ghettos.

Reste à s’interroger sur le phénomène « Charlie Hebdo », sur son mode d’expression incompréhensible pour certains dans notre pays, pour beaucoup ailleurs. La caricature est, de très longue date, inscrite dans notre culture, dans la tradition de notre presse libre. Mais quand un hebdomadaire qui vend péniblement 30 000 exemplaires accède à une visibilité planétaire, il change d’échelle. Lorsqu’à la suite de l’attaque sanglante qu’il a subie, ce sont 7 millions d’exemplaires vendus en une semaine, soit plus d’un exemplaire pour dix habitants en France, il n’est plus seulement l’organe d’une bande d’anarchistes franchouillards, il devient, malgré nous, l’une des expressions de notre pays.

Et peu importe que la caricature de Mahomet qu’il a publiée ait été plutôt bienveillante. Ce qui a heurté nombre de musulmans, c’est d’abord que « Charlie Hebdo » ait donné à voir le Prophète. Une représentation interdite dans leur religion. On peut regretter l’ignorance, qualifier cette prescription d’obscurantiste, on peut appeler les musulmans à une réflexion sur leur place dans la modernité. Mais, dans le même temps, peut-on s’interroger sur la méconnaissance de l’Islam comme de toutes les religions par l’équipe de ce journal ? A-t-on le droit de défendre la liberté d’expression comme un absolu non négociable et, dans le même temps, s’interroger sur la responsabilité qu’elle engage ?

Ce que n’ont pas perçu les animateurs de « Charlie Hebdo », c’est précisément que cette singularité qui est la leur, réservée d’ordinaire à un cercle restreint, touche un large public qui ne partage pas leurs codes. Et tout se passe comme si leur mode d’expression n’avait pour effet que de rejeter violemment ce public qui n’est pas le leur. Alors, comment ne pas penser à cette phrase d’Hermann Hesse * : « La vie humaine ne devient une vraie souffrance, un véritable enfer, que là où se chevauchent deux époques, deux cultures, deux religions » ?…

* in « Le Loup des Steppes »

Ce contenu a été publié dans Billets, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Emotion, imagination, réflexion, exclusion ?…

  1. Escaffit dit :

    Totalement d’accord avec cette analyse. Comme si la liberté d’expression libertaire était devenue le dogme de notre société, comme si le catéchisme de la laïcité républicaine – un cadre pourtant précieux du vivre ensemble – allait tout résoudre. Au nom d’une incantation à tendance totalitaire, on refuse toute réflexion de fond et remise en cause. Attention aux replis identitaires que cela risque de générer.

  2. Johnf990 dit :

    Howdy! This article could not be written any better! Looking at this post reminds me of my previous roommate! He constantly kept preaching about this. I’ll send this information to him. Fairly certain he’s going to have a good read. Thanks for sharing!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *